PANAMA

PANAMA NOUS V’LA

Le 14 janvier 2019, la compagnie Ticabus nous fait traverser la frontière terrestre Costa-Rica – Panama.

 

Nous arrivons à David, 2ème plus grande ville du Panama, tout au nord du pays. Nous y passons une nuit, en attendant que Carol viennent nous chercher le lendemain.

 


PANOVEJAS – CHEZ CAROL

Carol est une suisse, vivant à 1h de David. Avec son mari, ils ont mis sur pied un projet d’exploitation de bois de teck en mode sylvipastoralisme. Keskeussé ? Non rien à avoir avec une Sylvie qui serait pasteure 🙂 Il s’agit d’un mode de production mixant arbres et animaux. Ici ça se traduit par l’utilisation de vaches, de moutons et de chévres qui se baladent tranquillou dans les centaines d’hectares de forêt, dans le but de fertiliser la terre. Parallèlement ils recueillent le lait des chèvres, et font de la viande de mouton (150 moutons)

Nous passons 2 semaines ici en mode workaway. Début du travail tous les jours à 6h30 du mat’., jusque 12h. Nos tâches : plutôt variées ! Elaguer les arbres, ramasser les haricots (frijoles !!), les trier, creuser une tranchée pour une canalisation pour les volailles, traire les chèvres, faire la cuisine, déplacer les moutons d’une parcelle à l’autre, tailler de planches, refaire une clôture… Le tout sous un soleil de plomb, qui te sèche de 10 litres dès 8h du mat. D’autres volontaires étaient également de la partie : Tina, une allemande voyageant depuis quelques mois, et Peter, un suisse de Zurich qui vient faire un travail pour son diplôme d’ethnologue.

En vrac, quelques uns de ces moments de boulot intense 😀 (capturés au smartphone…)

 

Le séjour à la ferme fût très sympatique 😀 Le matin était consacré au boulot, les après-midis aux siestes, balades et autres tchateries D:

Nous étions logés dans une maison-cabane sur le terrain de la ferme, en chambre privée, avec pour compagnons de jolies petites bebetes…

Cette belle araignée est une Phoneutria (aussi appelée Araignée-Banane). S’agit de l’une des plus veneneuse au monde… Il y en avait partout chez nous… à l’entrée de la cabane, dans les chambres, sur nos fringues le matin, dans les chiottes. Ces gentilles bebetes sont des predateurs… elles chassent la nuit… psychose totale… On a trouvé une parade : on a installé notre tente dans la piaule, histoire de dormir tranquille 😀

Outre ces araignées, il y a aussi des vipères (je sais plus quel type, mais aussi parmi les plus dangereuse au monde…), et des scorpions qui se promenaient devant chez nous.

Gracias a Dios, on s’est ni fait mordre, ni fait piquer…!

Pochette-story, suite et fin

Nos fidèles lecteurs connaissent l’histoire de la pochette que Claudia avait paumé dans le train qui nous emmenait jusque l’aéroport de Zurich. Et vous savez quoi ??? Non ??? Et bin regardez :

ON L’A RECUPÉRÉ !!!!!!

Comment ce miracle s’est il opéré ? Et bin pour vous la faire résumé : La pochette était retournée à Tadoussac (Quebec) => Elie (un collègue de boulot) qui était de passage cet automne à Tadoussac nous a récupéré la pochette => Il l’a donc rapatrié en Suisse => Carol avait une amie suisse qui venait la visiter au Panama en décembre => Elie a envoyé la pochette chez cette amie => cette amie a finalement déposé la pochette chez Carol. Tu vois le bordel ?? Et bin pourtant on l’a enfin !!!!! C’te pochette aura parcouru 2 fois plus de kilomètres que nous…!

De SANTA CATALINA à PANAMA CITY.

Il est l’heure de partir de la ferme… Nous avons un impératif : être à Bogota (Colombie) le 9 février. En effet, Max devait nous rejoindre avec sa famille pour faire un petit bout de route avec nous. Sauf que finalement un empêchement a fait annuler ce beau projet 🙁 Entre temps nous avions déjà pris nos billets d’avion pour Bogota. Du coup ça nous fait une deadline, et il nous reste 10 jours pour aller de la ferme jusque Panama City. Nous visons 3 points de chute : Santa Catalina, Valle de Anton et Panama City. Nous louons une voiture pour gagner du temps.

SANTA CATALINA

Petit village paumé, connu pour être un spot de surf. Initiation oblige pour les enfants !

VALLE DE ANTON

Petit village paumé dans la montagne, niché au coeur d’un immense cratère d’un volcan éteint (enfin je crois…). Un peu de fraicheur dans ce monde de brute-chaleur !! Trop bon ! On y trouve aussi quelques espèces animales bien du coin

PANAMA CITY

Arrivée à Panama City… Une ville pleines de contraste… entre richesse, americanisme et pauvreté… inégalités franches entre les immeubles à la USA et les bicoque toutes modestes… Une partie de la richesse du pays provient du fameux canal de Panama (initié par les français… ). Les gros bateau paye jusqu’à 300.000 pour le franchir…

Voilà… 3 semaines passées ici au Panama. Nous n’aurons vu qu’une toute mini-partie de ce pays (la côte pacifique). Nous n’avons pas eu le temps d’aller sur la côte caraïbe ni trop exploré la partie montagne et forêt tropicale. Mais pas grave, on se rattrapera en Colombie :D. Au total, pays assez cher. On nous avait dit que c’était moins cher que le Costa Rica, mais que nenni… c’est idem, voire même parfois plus cher… Les panaméens sont plutôt réservés, mais s’avèrent très chaleureux une fois que le contact est établi. Special dédicace à Nacho, Alexis, Roger, Franklin (surnommé Quito), Jaime, les collègues de travail de la ferme de Carol. Et encore merci aussi à Peter, qui a rapatrié un de nos sacs en Suisse (celui qui contenait notre tente et autre bordel qui ne va plus nous servir…).

Ahora : vamos en Colombia !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires